Noof

 Il interprète avec brio le personnage principal, Omar. Remarqué par sa prestation dans Sixteen Years of Alcohol, puis dans deux productions télévisuelles, il a enchaîné avec une série télévisée et un second film pour le cinéma, Extraordinary Rendition. Il mène en parallèle une carrière théâtrale prometteuse et a joué dans des pièces de Shakespeare. Mercredi 10, 19h30

 Noof brilliantly plays Omar, the leading role. His first taste of professional acting came by way of a small role in 16 Years of Alcohol. From there he went on to work in two TV productions and a second feature film called Extraordinary Rendition. Simultaneously, Noof is pursuing a promising career in theatre and has acted in several Shakespearian plays. Wednesday 10th, 7:30 p.m.

Q&A AVEC NOOF OUSELLAM :

10849747_1547357182176481_8376931225771019681_n

En tant qu’acteur avez vous rencontré des jeunes dans cette situation pour jouer le rôle?

Oui j’en ai rencontré quelques uns. Notamment un jeune Congolais qui m’a raconté son passé, comment est ce qu’il est arrivé en Angleterre, la vie dans son pays d’origine, le voyage pour venir… J’ai également rencontré un jeune Afghan. J’ai donc reçu beaucoup d’informations qui m’ont permis de me préparer pour le rôle.

Comment est né le projet de film?

Le réalisateur (Bruce Goodison) a réalisé beaucoup de documentaires. Il est allé en Afghanistan pour en réaliser un et a découvert un pays avec de nombreux orphelins, ou les jeunes demandaient de l’argent à leurs proches pour pouvoir partir. Il s’est également renseigné auprès de la Croix Rouge Britannique. Il a regroupé 3 histoires pour en faire ce film.

Combien de temps cela a pris de prendre l’accent Afghan?

C’était très dur. D’habitude pour les accents ça passe facilement, personne n’y fait attention. Mais là beaucoup de personnes venaient d’Afghanistan donc j’ai du apprendre un accent bien particulier ainsi qu’une grammaire spécifique.

Avez vous des conseils pour parler de ce film à des élèves de collèges et lycées?

Ils faut qu’ils arrivent à se demander comment est ce qu’ils auraient réagit dans une situation similaire, qu’ils prennent conscience de tout ce que nous (en Europe) avons et qu’ils n’ont pas. L’age est un critère important pour cela, c’est le critère le plus important.

Comment le film a t-il été reçu, en Grande-Bretagne?

Même avant que le film ne soit réalisé, le sujet était déjà bien reçu. C’est un bon film car le message qu’il diffuse est fort. Le film va être diffusé au Ministère de l’Intérieur Britannique. Le sujet compte, et permet de montrer les deux faces de l’histoire, d’un côté l’Etat et de l’autre ces jeunes.

Le film a été également bien reçu en Europe et ailleurs: il sera diffusé à New York. Il est en lice pour le BAFTA.

Que pensez vous de votre personnage?

C’est difficile à dire, car il joue lui même un personnage. Les faits qui lui ont été reprochés remontent à se jeunesse, il n’avait pas le choix. Alors je le laisserai rester en Angleterre. Je lui accorderai un titre de séjour pour lui donner une opportunité de pouvoir changer sa vie.

Espérez vous que ce film change la situation?

Oui, j’espère qu’il va ouvrir l’esprit des gens. Qu’ils se rendent compte que c’est vrai, que ça existe: qu’ils y croient. De leur faire savoir qu’ils peuvent agir, même en signant une pétition. Même au niveau du Ministère de l’Intérieur, que le film aide à changer le processus pour ces jeunes.

Les jeunes changent leurs histoires personnelles dans le film, est-ce le cas dans la réalité?

C’est quelque chose de vrai. Ils tournent leurs histoires en quelque chose de tragique et violent dans le but de rester. C’est vraiment pour pouvoir rester qu’ils changent leurs histoires.

Est-ce une vraie école au début du film?

C’est une association ou des gens viennent enseigner ou aider bénévolement.

Comment les enfants connaissent t-il cet endroit lorsqu’ils arrivent?

C’est la police ou les associations qui les confient à ces organismes, pour que les jeunes puissent apprendre l’anglais.

Connaissiez vous ce genre d’associations?

J’ai été bénévole pendant 7 ans au sein d’une association. J’ai donc compris ce qu’à traversé le jeune Congolais dont je parlais précédemment, tout ce qu’il a enduré. J’avais une bonne connaissance de la situation, je comprenait ce qu’il se passait.

2016-10-28T11:09:59+00:00